LE PROJET ALTERMED

Impulsé par un consortium d’OSC méditerranéennes en partenariat avec des acteurs publics, « Entreprendre autrement, partager pour réussir, l’entrepreneuriat collectif en Méditerranée »,  est un projet pilote à dimension euro-méditerranéenne visant la réduction des inégalités en matière d’accès au travail décent à travers l’Économie Sociale et Solidaire (ESS).

Initié par l’IMF et porté par l’ICOSI, le consortium promeut la culture coopérative et les mécanismes propre à l’ESS, et accompagne des initiatives innovantes en matière d’entrepreneuriat collectif. Pour ce faire, le consortium réunit en son sein des structures françaises, marocaines, algériennes et tunisiennes portées par la volonté de créer une croissance économique, inclusive partagée et durable.

Cette action concertée et participative a la particularité de s’appuyer sur des partenariats solides et éprouvés depuis plusieurs années au sein de réseaux associatifs oeuvrant pour la jeunesse, l’insertion professionnelle, l’environnement, et l’accès à un travail décent. Cette diversité d’expérience et d’expertise fait la force du projet.

Son ambition est de contribuer à renforcer les synergies au niveau méditerranéen et de mettre en place un cadre régional d’expérimentation, de capitalisation et de production collective de connaissances sur ces thématiques.

HISTOIRE

texte sur l’histoire du projet

OBJECTIFS DU PROJET

Notre stratégie de sensibilisation et de promotion de l’Économie Sociale et Solidaire impliquent de nombreux acteurs locaux (politiques, universitaires, formateurs) et permet de valoriser la démarche de l’entrepreneuriat collectif sur les territoires du bassin Méditerranéen.

Cette nouvelle approche de travail offre des opportunités aux porteurs de projets ou d’idées, notamment les femmes et les jeunes, d’accéder à un emploi décent en soutenant la création de leurs activités.

Notre objectif principal est de contribuer à l’accessibilité au travail décent pour tous à travers l’ESS sur le bassin méditerranéen. Le projet a pour ambition d’appuyer la création de 20 emplois décents et de sensibiliser 2970 personnes à la création d’activité économique dans le champ de l’Économie Sociale et Solidaire à l’issue de la première phase pilote. (2019-2021).

Sensibiliser les acteurs locaux à la culture coopérative
et aux initiatives innovantes en matière d’entrepreneuriat collectif sur les territoires.

Co-construire le changement en matière de création d’emploi et d’activité impose que l’ensemble des parties-prenantes du projet partage la vision et les valeurs de l’ESS, et plus particulièrement de l’entrepreneuriat collectif. Dans le cadre du présent projet, les stratégies d’intervention s’orientent à la fois vers la sensibilisation des différents acteurs et vers l’appropriation des valeurs et des idées véhiculées par l’ESS. Il s’agira donc d’une part, d’initier à la culture coopérative et de renouer avec les valeurs et les modes de gestion singulière des coopératives et structures de l’ESS. Et d’autre part, de renforcer les associations partenaires du projet pour qu’elles puissent disposer des outils et moyens nécessaires pour diffuser les grands principes de la culture coopérative selon les principes mondiaux de l’Alliance Coopérative Internationale (ACI).

Pour se faire, les cycles de formation et les ateliers de sensibilisation de nos différents publics cibles seront construits de manière concertée par le consortium afin qu’ils puissent être adaptés à la particularité et aux enjeux de chaque territoire. Le rôle des partenaires locaux, de l’ADFR, du CCDE, de la CES, d’Initiative urbaine, de l’AFVE, de Green Tea et Jeunesse + sera déterminant pour l’atteinte de cet objectif.

Les partenaires locaux membres du consortium sont des acteurs dynamiques de leurs territoires, ils seront les locomotives et référents de la démarche et permettront ainsi de sensibiliser la population à une autre façon d’entreprendre et de créer de la richesse.
Indicateur : 1 600 acteurs locaux dans les pays cibles ont été sensibilisés à la culture coopérative à l’issue du projet.

Accompagner localement la création
et le développement des « Entreprises partagées ».

Indicateur : A l’issue de la première phase, 560 porteurs de projets ont rejoint les « Entreprises partagées » qui ont été créées et renforcées.

Le renforcement de capacité est au coeur de la démarche du projet. L’accompagnement à la création et au développement des Entreprises partagées » est pour l’ensemble des membres du consortium un objectif central. Il s’agit de démontrer, à partir des expériences terrains, qu’il est possible d’accéder à un emploi décent permettant de vivre dignement tout en préservant l’environnement et en créant de la richesse pour et dans les territoires.

Si la démarche de création des Entreprises partagées » est une innovation encore peu connue au Maghreb, la CES d’El Jadida, membre du consortium, et la Société Coopérative des Entrepreneurs Solidaire de Ras Jebel initiée par notre partenaire du CCDE, sont les premières initiatives en la matière. L’accompagnement et le suivi de leur stratégie de développement est donc primordial pour l’essaimage de la démarche.

Durant cette première phase, 2 nouvelles structures seront créées. La première à Kasserine (Tunisie) et la seconde à Casablanca (Maroc). Ce choix a été opéré pendant le diagnostic réalisé en phase de montage du projet. A cette occasion, les membres du consortium ont pu considérer plusieurs facteurs comme l’implication des autorités locales et leurs priorités de développement, la demande des porteurs de projet, la volonté de ces derniers de s’organiser et de se regrouper pour créer de l’activité en collectif mais aussi le potentiel socio-économique des différents territoires.

La création de ces deux entreprises partagées permettra également de développer de nouveau métier. Le projet ambitionne notamment de formaliser la profession d’accompagnateur qui est au coeur de la démarche des entreprises partagées.

Renforcer l’ancrage de l’entrepreneuriat collectif sur les territoires par des actions de plaidoyer et de mise en réseau des acteurs.

Indicateurs : A l’issue de la première phase, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie ont construit leur stratégie de plaidoyer et ont obtenu des avancées concernant le droit à l’expérimentation ; et un groupement d’au moins 50 acteurs s’engagent dans l’initiation d’un réseau méditerranéen de promotion de l’entrepreneuriat collectif.

L’atteinte de ces objectifs permettra de renforcer les synergies dans cet espace méditerranéen d’expérimentation et de créer une croissance économique partagée et durable. Promouvoir l’entrepreneuriat collectif en Méditerranée est au coeur du projet et des motivations de l’ensemble des partenaires. Les actions de plaidoyer et mise en réseau sont donc indispensables.

Le plaidoyer au coeur du projet porté par notre consortium est très ambitieux, il repose sur 2 niveaux essentiels pour réussir à renforcer l’entrepreneuriat collectif dans les trois pays :

  • Le plaidoyer en faveur du cadre juridique : il s’agira de formaliser ou d’acquérir un statut juridique (selon le pays) aux « Entreprises partagées » qui suivront la démarche des coopératives d’activités et d’emploi (CAE). Ce plaidoyer en faveur d’une ouverture du cadre juridique devrait permettre d’accéder au droit à l’expérimentation et in fine à la multi-activité.
  • Le plaidoyer en faveur de la protection sociale : il s’agira de faire entendre les enjeux en matière de protection sociale dans le secteur de l’Économie Sociale et Solidaire, et plus particulièrement des coopérateurs et entrepreneurs-salariés, SMSA, groupements, « Entreprises partagées ». Avec l’appui des partenaires institutionnels et privés (tels que la MACIF), cette première phase permettra de créer des espaces d’échanges et de discussion sur les enjeux de la protection sociale pour le secteur de l’ESS afin de construire une stratégie d’action adaptée à chaque territoire.

Dans cet objectif, la mise en réseau constitue également un élément central du projet. L’historique des partenariats établis ont conduit à accorder une grande importance au réseau d’acteurs. Après avoir expérimenté la qualité du partenariat au sein des différents PCPA, le consortium affirme son engagement dans une dynamique de réseau et d’action collective. L’ambition portée ici est de lancer une dynamique méditerranéenne sous la forme d’un réseau de l’entrepreneuriat collectif, ouvert sur les deux rives, capable de capitaliser sur les différentes expériences. Ce réseau méditerranéen sera apte à démontrer à travers ses actions sur le terrain, que l’on peut entreprendre autrement.

Cela se matérialisera dans un premier temps par la création d’un forum méditerranéen de l’entrepreneuriat collectif à la fin de la première phase. Le forum aura pour ambition d’être un lieu de rencontre et d’échange régulier pour les acteurs de l’entrepreneuriat collectif en Méditerranée.

LES DERNIÈRES ACTUALITÉS DU RÉSEAU

Menu